VIMEGNON 01

Jusqu’à présent le Port Autonome de Lomé n’est relié aux pays voisins que par la route. Il faut plus.

L’une des premières thématiques qui ont été développées jeudi à Lomé à l’occasion de la conférence maritime 2019, a porté sur le thème :« Création d’un hub logistique d’excellence : une exigence pour développer le transport multimodal au Togo ».

Considéré comme le panel inaugural de la conférence, l’animation de ce thème a permis à M. Messan Vimenyo, Maître de conférences de son Etat, à s’interroger sur

les infrastructures nécessaires à l’encrage de l’idée de faire de l‘espace maritime togolais un hub de transport international ».

« Jusqu’à présent le Port Autonome de Lomé n’est relié aux pays limitrophes par exemple avec lesquels il traite, que par la route » a constaté Vimenyo avant de dire qu’il faut plus, si le Togo veut véritablement faire de son espace maritime « un hub de transport international ».

« Certes, Lomé a entrepris un aménagement important de son réseau routier, avec la construction de nouvelles et très belles routes. Cependant, la recherche de moyens de transport alternatif au transport routier pour le développement dela multi modalité s’avère nécessaire » a déclaré Messan Vimenyo

L’utilisation du seul réseau routier, regorge de son point de vue des limites liées par exemple aux embouteillages que les gros camions peuvent par exemple créer dans la circulation, entrainant d’énormes retards dans le convoiement des marchandises qui quittent le PAL en direction des pays voisins.

Il a vivement recommandé à l’ONAEM Togo, l’Organisme national chargé de l’action de l’Etat en mer et au gouvernement togolais « le développement d’un réseau ferroviaire » qui relient directement ces pays de l’hinterland, pour le transport des marchandises qui quitteront le Port Autonome de Lomé.

« Il faut ressusciter les chemins de fer, construire de nouvelles lignes pour suppléer le réseau routier dans la perspective de faire de l’espace maritime togolais, un hub de transport international » a déclaré M. Vimenyo.

Baba Stanislas, le ministre conseiller pour la mer du Togo s’est montré toute suite rassurant en rappelant l’axe 1 du PND , Programme National de Développement, dont le pays s’est doté, et qui prévoit dans sa mise en œuvre d’ici 2022, « la construction d’une ligne de chemin de fer qui relie Lomé à Cinkassé » et donc à la porte du Burkina Faso.

Mais est ce que le réseau aéroportuaire peut il accompagner ce projet de Hub de l’espace maritime togolais ?

C’est l’autre question du ministre conseiller au conférencier qui a répondu ‘affirmatif’.

« Avec le nouvelles infrastructures aéroportuaires que le Togo s’est donné, en prenant en compte le fait que ce réseau va évoluer , et tenant aussi compte de ce que les autorités aéroportuaires du Togo ambitionnent aussi de faire du réseau aéroportuaire togolais un hub, on peut facilement conclure que ce réseau peut contribuer valablement au projet de faire de l’espace maritime togolais, un hub de transport international » a conclu Vimenyo>>. Fin 

 

Gallerie Photos

Partenaires ONAEM

AUTRES INFORMATIONS