Imprimer
Catégorie : Actualités ONAEM
Affichages : 220

port autonome lome

Parce qu’avant tout, et géographiquement, le PAL, Port Autonome de Lomé est l’unique en eaux profondes de la région.

Lomé dispose en effet d’un littoral longé par un axe côtier en pleine expansion pour les deux années à venir, d’une interface qui relie le port au corridor vers l’hinterland, ainsi que d’une route qui rallie les pays frères et amis comme Burkina Faso et le Niger en bon état.

Par ailleurs,

Lomé est devenu le premier hub de transbordement de conteneurs de la zone, et continue de mettre en place d’infrastructures modernes. Un port à sec encore à l’étude devrait voir le jour très prochainement afin de fluidifier le trafic de conteneur.

Sur le plan sécuritaire, le Togo est aussi un atout essentiel pour servir de base à ce cluster maritime de l’Afrique francophone.

C’est constant et reconnu que le Togo est un pays qui a le mérite « d’assurer avec efficacité la surveillance de ses eaux territoriales ».

« Le mouillage est parfaitement contrôlé (en témoigne la centaine de navires qui y stationnent en permanence) grâce à une marine togolaise réactive » soutiennent les documents officiels.

Et puis, sur le plan politique, « le Togo vient d’adopter son Plan National de Développement, qui vise à consolider la place de Lomé en tant que Hub centré sur le portuaire et les services ».

On peut rappeler à suffisance que le gouvernement est à l’avant-garde des efforts de sécurisation de la côte et une vision imagée de ses actions en mer. En témoigne « l’organisation du sommet de l’Union Africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique, à l’occasion duquel une charte a été adoptée dénommée charte de Lomé.