FM

Le Togo et le Bénin ont poursuivi les 09 et 10 Novembre à Lomé (Hôtel ONOMO), les réflexions sur les questions essentielles liées à la délimitation de leur frontière maritime commune.

Il s’agit de la 7e réunion de ce genre de la commission mixte paritaire bénino-togolaise de délimitation des frontières maritimes entre les deux pays. Plusieurs experts délégués

par les deux pays ont pris part à ces travaux dont l’ouverture officielle a été présidée par Noupokou Damipi, ministre conseiller du chef de l’état togolais Faure Gnassingbé.

Nupokou Damipi a réaffirmé dans son allocution d’ouverture, « la disponibilité de la partie togolaise à des discussions franches devant aboutir à la délimitation de la frontière commune entre les deux pays ».

Cette 7e réunion de la commission mixte paritaire bénino-togolaise de délimitation des frontières maritimes fait suite au « dépôt du dossier conjoint d’extension de leur plateau continental respectif.

Les délégués (experts, ndlr) des deux pays ont passé en revue « le communiqué final de la dernière rencontre tenue à Cotonou », fait le point sur la soumission conjointe du dossier de demande d’extension de leur plateau continental auprès de la Commission des limites du plateau continental (CLPC) et engagé des réflexions sur les différentes démarches possibles en vue d’avancer sur le sujet.

Les travaux de Lomé ont conduit les experts, après réflexions approfondies, à des recommandations à l’endroit de la commission mixte elle même et à l’endroit de ARGANS LTD

A l’endroit de la Commission mixte, les experts recommandent qu’elle :

  • Adresser une correspondance conjointe à la GIZ pour réclamer du cabinet MZSL, « la prise de dispositions nécessaires pour une conformité de préférence aux exigences relatives aux pièces de la soumission conjointe mentionnées dans la note verbale adressée par le bureau des affaires juridiques des Nations Unies le 30 octobre 2018, à la Mission permanente du Bénin à New York. Elle doit le faire avant fin 2018.
  • Recherche des Conseils spécialisés (juridiques et techniques) dans la délimitation des frontières maritimes au plus tard le 31 mars 2019 ;
  • Sollicite le financement de la GIZ/PFUA pour la formation des membres de la commission ;
  • Fasse prendre des mesures au plus haut niveau des deux Etats en vue d’engager les négociations de leurs frontières maritimes au regard des dispositions pertinentes de la convention de Montego Bay.

Les experts des deux pays ont convenu de se retrouver tous les six mois en vue de suivre le dossier de soumission.

La prochaine réunion aura donc lieu au début du mois d’avril 2019 au plus tard au Bénin.

Gallerie Photos

Partenaires ONAEM

AUTRES INFORMATIONS