« La santé de l’océan est en déclin, je dirai en péril », c’est le constat établit jeudi à Lomé, à l’occasion de la commémoration de la journée africaine des mers et des océans ce 25 Juillet, par Noel Bataka, ministre togolais de l’agriculture, de l’élevage et des ressources halieutiques.

C’est à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des activités au programme de commémoration au Togo dans un grand hôtel de la capitale togolaise. Noel Bataka représentait à l’occasion son collègue de l’environnement, du Développement durable et de la protection de la Nature.

La cérémonie est un prélude à un atelier qui a rassemblé toute la journée de ce 25 Juillet 2019 tous les acteurs intervenant dans le domaine maritime autour du thème choisi à l’occasion « la protection de la biodiversité marine au-delà de

la juridiction nationale ainsi que la promotion de l’économie ». Un thème qui s’inscrit pleinement dans la mise en œuvre de l’ODD 14 qui consiste à conserver et à exploiter de manière durable les océans et les mers aux fins du développement durable.

Au plan national, ce thème trouve son intérêt dans les axes 1 et 3 du plan national de développement et plus exactement dans la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la mer et le littoral dénommé « Protéger durablement l’environnement marin et côtier » et du livre 6 du nouveau code de la marine marchande consacré à la pollution marine.

En effet, l’Union Africaine, dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie Maritime Intégrée sur les mers et les océans dite stratégie AIM 2050, a instauré cette journée suite à une de ses décisions adoptées en 2014. Et chaque année, le Togo comme tout autre pays africain commémore la journée pour se rappeler les engagements pris pour éviter les dangers actuels à la mer et aux océans.

En tout cas, le constat fait par le ministre de l’agriculture est indéniable. La biodiversité marine subit une dégradation croissante et alarmante qui interpelle la conscience humaine.

« Le constat actuel est que, les pressions sur les écosystème côtiers et marins ne cessent d’augmenter. Les littoraux ce faisant sont de plus en plus peuplés, engendrant une pression insoutenable sur les ressources côtières. Et cette tendance devrait se poursuivre au regard des prévisions de la croissance démographique mondiale » a relevé Bataka.

Les comportements humains sont par ailleurs problématiques du danger que courent la mer et les océans.

Au nom du gouvernement togolais, le ministre de l’agriculture de l’élevage et des ressources halieutiques a invité tous les acteurs du secteur maritime « au respect des accords et traités internationaux relatifs au secteur maritime auxquels la Togo est partie »

Noel Bataka a aussi rappelé l’importance du respect de la réglementation nationale en perpétuelle évolution depuis la création de l’Organisme National de l’Action de l’Etat en Mer (ONAEM). Il a salué au passage « les initiatives du conseiller pour la mer (ndlr, Stanislas BABA) portant à juste titre sur la coordination de toutes les activités, qui en toute synergie, mobilisent tous les acteurs du secteur maritime, tant publics que privés autour d’un objectif commun, celui de la promotion de l’économie maritime et la préservation des écosystèmes marins ».

Gallerie Photos

Partenaires ONAEM

AUTRES INFORMATIONS